Accord de peche RIM/UE

 

Accords de pêche avec la Mauritanie : priorité au développement durable.

Avant le début des négociations avec la Mauritanie sur le renouvellement de l'un des accords de pêche les plus importants de l'UE, la principale inquiétude du Parlement est de trouver un équilibre entre les avantages économiques et la préservation des ressources.

Les députés ont souligné l'importance capitale de la durabilité et du soutien financier alloué au développement des infrastructures en Mauritanie en vue d'encourager l'économie locale et une meilleure coordination des fonds européens.

Les députés, qui s'inquiètent de la surexploitation de certaines réserves, comme la pieuvre, ont appelé la Commission à mener un débat avec la Mauritanie sur le développement de plans de gestion de pêche à long terme, qui incluraient une répartition des prises entre leurs flottes nationales et entre des navires de pays tiers dont ceux battant pavillon de l'Union européenne.

Le développement durable de la pêche locale doit également faire l'objet d'un soutien financier, et des fonds doivent être alloués, en particulier, à la recherche, au contrôle et aux infrastructures.

Selon la résolution élaborée par plusieurs groupes politiques et adoptée à main levée, les navires européens pourront uniquement pêcher les stocks excédentaires et exploiter seulement les ressources qui ne peuvent pas être pêchées par la flotte mauritanienne.

Contrôle des pratiques et accord sur des mesures techniques.

Les députés invitent instamment la Commission à donner des précisions sur les mesures de contrôle que les autorités mauritaniennes appliqueront aux navires de l'Union, qui sont tous équipés de systèmes de surveillance de navires par satellite (SSN). Selon la résolution, le recours à l'estimation visuelle approximative de la distance par rapport à la côte devrait être proscrit, car cette méthode n'est pas fiable, et tout autre système que le SNN doit être convenu mutuellement à l'avance.

Soutenir le développement des infrastructures.


Selon les députés, l'Union européenne devrait soutenir davantage le développement des infrastructures mauritaniennes. La pêche artisanale et côtière bénéficierait de la construction d'installations adéquates pour le débarquement du poisson sur la côte centrale et méridionale de la Mauritanie alors que la modernisation du grand port de Nouadhibou permettrait aux flottes de l'Union européenne d'exercer leurs activités plus efficacement, favoriserait les flux d'investissement étrangers et encouragerait l'économie locale.

En vertu de l'accord actuel, qui expire le 1er août 2012, les navires de France, d'Allemagne, de Grèce, d'Irlande, d'Italie, de Lettonie, de Lituanie, des Pays-Bas, de Pologne, du Portugal, d'Espagne et du Royaume-Uni sont concernés. Les négociations sur le nouvel accord devraient commencer en juin de cette année. Une fois finalisé, l'accord devra obtenir l'approbation du Parlement pour entrer en vigueur.

 


cridem


13/05/2011

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 19 autres membres