La Mauritanie et l’Union européenne signent un accord de pêche.

 

 

 


La Mauritanie et l’Union Européenne ont signé un accord de pêche valable pour deux ans à compter du 1er août 2012. Signé le 26 juillet à Nouakchott, cette convention prévoit des clauses portant sur la protection des ressources halieutiques.

"En vertu de l’accord, la partie européenne accordera à la Mauritanie une compensation financière de 113 millions d’euros par an, contre 76,5 par an dans l’accord précédent", a déclaré Cheikh Ould Ahmed, conseiller technique du ministre mauritanien de la Pêche et de l’Economie maritime.

"Les deux parties ont convenu d’un volume des prises de 307 400 tonnes de poissons par an (pélagique, crevettes et merlus notamment) et de 30 thoniers autorisés à pêcher dans nos eaux", a-t-il ajouté.

Selon ce responsable, les équipages des bateaux de l’UE pêchant en Mauritanie seront composés à 60% de Mauritaniens. Les deux parties se sont aussi mis d’accord sur "le débarquement à Nouadhibou de la pêche de fond et le transbordement du pélagique, facilitant ainsi le contrôle des prises".

Ould Ahmed a affirmé que les deux parties sont parvenues à cet accord "après un marathon de 15 mois de négociations". "L’accent a été mis sur la préservation des ressources maritimes nationales", a-t-il ajouté.

Pour le chef des négociateurs de l’UE, Stefaan Depypere, cet accord "constitue un jalon du renforcement du partenariat entre les deux parties, notamment dans le domaine de la pêche."
"C’est un accord équitable qui s’inscrit dans la durée", a-t-il ajouté. "Le partenariat ainsi scellé s’inscrit dans le respect des bases scientifiques de la préservation de la ressource".

Le principal avantage de cet accord est d’avoir trouvé un équilibre "entre les avantages économiques et la préservation des ressources", selon Mohamed Ould Cheikh Ahmed, spécialiste en ressources maritimes.

"Il y a aussi cette clause sur la mauritanisation des emplois qui va beaucoup contribuer à résorber le chômage parmi les pêcheurs de Nouadhibou. Cela aura un impact positif sur l’économie locale", a-t-il estimé.

Mouhamed Vall Ould Oumère, directeur de l’hebdomadaire La Tribune, a qualifié cette convention passée "d'accord historique".

" C’est la première fois que les négociateurs mauritaniens ont négocié d’égal à égal avec les Européens", a-t-il indiqué. " Aucune pression politique n’a été ressentie. La présidence mauritanienne s’est abstenue d’interférer malgré quelques tentatives européennes de l’impliquer. Les résultats sont aussi sans précédent."

Les pêcheurs mauritaniens affichent leur optimisme sur les termes de cette nouvelle convention.

"Ce nouvel accord nous laisse entrevoir des incidences positives sur nous", a expliqué Ly Mamadou, pêcheur à Nouadhibou. Les précédents accords ne tenaient pas compte de nos problèmes. Cet accord par contre prévoit un volet sur le recrutement des mauritaniens. Cela va donner un nouveau souffle au secteur au niveau de Nouadhibou ou les demandeurs d’emploi se bousculent. 

Le sourire est également de mise sur le visage de Dah Ould Sidi, autre pêcheur de Nouadhibou : "Les opportunités d’emploi à bord des bateaux européens sont une vieille revendication des pêcheurs mauritaniens. C’est une très bonne chose, parce que les salaires y sont beaucoup plus importants."

Le secteur de la pêche représente plus de 20 pour cent des recettes du pays et emploie plus de 36 000 personnes.

Par Bakari Gueye à Nouakchott pour Magharebia

source  cridem org




 

 



10/08/2012

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 19 autres membres