mareyeurs senegalais:Gestion du marché au poisson : Le Collectif national des mareyeurs veut changer la Direction

Écrit par Abdou Latif MANSARAY samedi 16 mars 2013 12:48 T

Le Collectif national des mare-yeurs du Sénégal s’est réuni avant-hier pour se pencher entre autres, sur les difficultés que connaît le marché central au poisson situé à Pikine. Les différents responsables du secteur, venus de différentes régions du pays, avec à leur tête Djiby Ndiaye, alias Général, les mareyeurs du Sénégal, après avoir passé en revue les problèmes du marché, ont décidé de réclamer la tête du directeur de la structure, le capitaine Diop. Mme Kiné Ndoye, la présidente des femmes du collectif a indiqué que «les mareyeurs sont en train de vivre des conditions très difficiles. Le marché de poisson, dont on disait qu’il était dans des meilleures conditions, est aujourd’hui sous perfusion. Les frigos sont en panne, il n’y a plus de barres de glace pour la conservation des produits, et tout cela est de la faute des responsables du marché». Sérigne Ndiaye, responsable des jeunes mareyeurs, juge la situation du marché «chaotique», et estime qu’il est urgent que le gouvernement intervienne au plus vite, dans la mesure où depuis un non bout de temps, plus rien ne fonctionne. La salle s’est ainsi rempli des complaintes de ces responsables du mareyage. Certains ont soulevé le problème de l‘insécurité sur les lieux, ainsi que l’insalubrité du marché, malgré la hausse des taxes au quotidien. Le président du collectif Djiby Ndiaye, a soutenu qu’il y a une «gestion nébuleuse de ce marché, d’où les fonds collectés ne peuvent être retracés. D’ailleurs, nous réclamons l’audit de la structure. Nous avons rencontré une fois le Premier ministre, pour lui faire la situation du marché. Ce dernier s’est enquit de la situation, nous avait promis une intervention rapide». Les mareyeurs assurent n’être animés que de la volonté de sauver le marché au poisson, qui est leur lieu de travail. Djiby Ndiaye et ses collègues assurent ne pas comprendre que des «millions entrent dans ce marché chaque jour que Dieu fait, mais l’état des lieux actuels donne envie de vomir, et tout cela est dû à une mauvaise gestion camouflée depuis très longtemps par la bande à la tête de cette structure«. Ce qui permet d’ajouter : «Aujourd’hui, il est temps que tout soit tiré au clair et nous invitons encore le chef de l’Etat à prendre des mesures idoines pour faire l’audit du marché.

latifmansaray@lequotidien.sn



18/03/2013

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 19 autres membres