Patrice Besnard reprend la barre des mareyeurs - Lorient

 

mardi 09 octobre 2012
Patrice Besnard : « Interdire la pêche des grands fonds nous porterait un coup fatal. »

 

Il avait déjà présidé l'association professionnelle à la fin des années 1980. L'ancien patron de Moulin Marée veut aider ses collègues à « retrouver confiance ».

 

L'après Lechat Marée

Patrice Besnard vient d'être élu président de l'association des acheteurs des produits de la pêche du port de Lorient, l'AAPPPL. Que l'on appelle, parfois, le syndicat des mareyeurs. Il succède à Dominique Lechat. Patrice Besnard, 64 ans, a longtemps dirigé Moulin Marée, à Keroman. L'entreprise est aujourd'hui conduite par son fils Jean et sa belle-soeur Marie-Line. L'AAPPPL compte une trentaine d'adhérents.

Grands fonds, l'inquiétude

C'est le dossier sur le dessus de la pile. La pêche des grands fonds, que la Commission européenne souhaite interdire, pèse « 20 % » du volume travaillé par les gros mareyeurs de Keroman. Ceux qui préparent du filet de sabre noir, de lingue bleue et de grenadier. L'activité demande beaucoup de main-d'oeuvre : une trentaine d'emplois chez chaque spécialiste. « Ce serait un coup fatal. Pour nous et pour l'activité en général », résume Patrice Besnard.

Sous pression

« Le marché est sous pression permanente », reprend Patrice Besnard. Une pression économique : « La filière pêche doit importer 70 % de ses besoins de pays hors d'Europe. » Des pays dont Patrice Besnard ose douter de « la rigueur » dans leurs pratiques « environnementales, halieutiques et sociales ». Une pression écologique aussi, menée par de puissantes organisations écologistes. L'opinion publique est sensible à leur message. La grande distribution aussi, qui ne veut pas déplaire à ses clients.

« Retrouver confiance »

Le savoir-faire des employés de marée, du produit de qualité, la force commerciale du port de Lorient (120 acheteurs sous criée !), sa situation géographique, sa flottille polyvalente... le mareyage ne manque pas d'arguments. « Et nous sommes non-délocalisables, c'est un atout économique, non ? », martèle Patrice Besnard. À la clé, 500 emplois. « Le mareyeur joue un rôle central dans la filière. Il doit retrouver confiance », conclut le président de l'AAPPPL.

 

Charles JOSSE.

 

Recueilli par

 souece

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Patrice-Besnard-reprend-la-barre-des-mareyeurs-_56121-avd-20121009-63758997_actuLocale.Htm

 



13/10/2012

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 19 autres membres