SENEGAL- Greenpeace Afrique prône une gestion durable des pêcheries ouest-africaines

 

L’organisation écologiste Greenpeace Afrique appelle les autorités des pays d’Afrique de l’Ouest à pratiquer une gestion durable de leurs pêcheries, afin d’assurer la sécurité alimentaire de leurs populations.

‘’Des millions d’individus dépendent de la pêche et de ses activités connexes en Afrique de l’Ouest. La pêche occupe une place stratégique dans le développement socioéconomique et la santé des communautés vivant sur les côtes ouest-africaines’’, rappelle Greenpeace Afrique dans un rapport dont l’APS a obtenu copie vendredi. "Des filets vides, un futur compromis" est le titre de ce document.

 

Certaines variétés naturelles des fonds marins ont été divisées par 13 en 40 ans, entre 1960 et 2000, selon l’étude.

"La pêche illégale non rapportée et non régulée (INN) coûte à l’Afrique de l’Ouest environ un milliard de dollars US par an. Cette pêche pirate couvre toutes les pratiques de pêche non autorisées dans les eaux territoriales, le viol des termes des accords de pêche et la non déclaration des débarquements", indique la même source.

 

"Il est nécessaire de mettre en place des politiques de gestion responsables et durables" de ces ressources afin de "garantir un avenir certain" aux générations actuelles et futures, selon Greenpeace Afrique.

 

"Il est plus qu’urgent que les gouvernants ouest-africains aient une vision à long terme et fassent de la gestion et de la préservation des ressources halieutiques une priorité nationale", suggère le rapport, citant Oumy Sène Diouf, un agent de l’organisation écologiste.

 

"Les richesses marines de l’Afrique de l’Ouest sont aujourd’hui dangereusement menacées par la surpêche et le changement climatique, hypothéquant ainsi les moyens de subsistance et la sécurité alimentaire de millions de personne", a encore fait savoir Mme Diouf.

 

Selon le rapport, les scientifiques trouvent que "la situation actuelle des pêcheries ouest-africaines est alarmante et nécessite des actions concrètes et urgentes".

 

Aussi Greenpeace Afrique recommande-t-elle "vivement" aux gouvernements ouest-africains de réduire l’effort de pêche des bateaux industriels étrangers, de créer un réseau de réserves marines et de promouvoir des politiques responsables de gestion des ressources halieutiques.

 

ADE (Assane Dème APS) membre du REJOPRAO

COPIE REJOPRAO

 



02/10/2011

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 19 autres membres